Les rêves des femmes sont possibles

Marie-Belle est écrivaine professionnelle, elle a sa propre entreprise de rédaction créative qui lui permet d’offrir des services et des conseils astucieux aux autres entrepreneures qui ont du mordant et qui foncent dans la vie tête première. Rédaction d’articles de blogues inspirants, de chroniques pas ordinaires, composition de contenus pour des sites Web à votre image et à l’image de votre précieuse clientèle. Le plaisir d’écrire pour mettre en valeur des intentions, des gens, la nature humaine elle-même, voilà des défis palpitants à la hauteur des grandes ambitions qui l’animent. C’est avec le plus grand des bonheurs que je lui laisse la parole aujourd’hui! 

Sois belle et tais-toi !

J’ai 39 ans ! Le 40 arrivera assez vite et j’ai envie, aujourd’hui, de faire ce qui me passionne dans la vie: écrire ! Enfant, je rêvais sans cesse à ce que je ferais plus tard: policière, matelot, écrivaine, comédienne ? Des choix assez différents les uns des autres. Et vous, à quoi rêviez-vous ? Je lisais sans arrêt des montagnes de livres. Au fond de moi, j’étais déçue. J’avais le sentiment de n’être qu’une fille et de ne  pas pouvoir me permettre toutes les choses que les gars se permettaient sans gêne à mon époque.

Avez-vous déjà ressenti quelque chose de semblable ? J’ai toujours voulu être un garçon. J’avais déjà compris que les possibilités étaient plus grandes pour les enfants du sexe opposé. Je voulais parler fort sans être regardée de travers, faire du sport avec des gars, et j’avais un caractère assez fort, merci ! J’étais tannée d’entendre le même refrain venant de mon entourage :  » Sois polie, si t’es pas jolie « , « Il faut souffrir pour être belle », « Sois belle et tais-toi… » Avec le nom que j’avais, les enfants se moquaient de mon apparence malgré moi. Les garçons me taquinaient sans arrêt, et cela m’embêtait au plus haut point.

Avec le temps, j’ai commencé finalement à m’identifier davantage aux filles. À l’adolescence, je lisais encore plus que jamais pour fuir l’image de beauté restreinte et superficielle que réservait la société aux jeunes femmes. Je pris tout de même ma place dans le monde vers la fin du secondaire. Le fait d’être différente des autres par mon franc-parler et par mes connaissances générales devint une fierté pour moi.

J’allume mes lumières

Regarde ce que tu vaux vraiment, pas ce que les autres pensent que tu vaux…

Avec les années, j’ai finalement compris bien des choses. Dans le monde du travail, les femmes n’ont pas toujours la liberté de choisir vraiment. Elles sont parfois rejetées par les patrons lorsqu’elles fondent une famille. Elles se retrouvent à devenir objets de convoitise pour certains. Il y a encore tellement de situations à changer autour de nous. Si nous sommes conscientes de ces injustices, nous avons déjà fait un pas en avant pour faire entamer un changement autour de nous. Évidemment, ce ne sont pas tous les patrons qui agissent de la sorte, il faut se le dire. Mais chaque petit geste, chaque parole compte dans les oreilles et le regard des enfants que nous éduquons, fille ou garçon.

Pour ma part, lorsqu’il a été question de retourner sur le marché du travail, j’ai pris la plus grande décision de ma vie. Pas question de me faire dire quoi faire. Pas question de vouloir plaire à un patron qui ne m’apprécie pas à ma juste valeur ou pour les bonnes raisons.  J’ai plutôt opté pour le développement de mon entreprise de rédaction. Vous me direz : pas facile ! Je vous répondrai : pas si difficile que ça quand on aime ce que l’on fait et ce que l’on est !

 Des filles qui brillent

Jamais je n’aurais cru rencontrer autant de filles épatantes, dynamiques et pleines d’idées. Des filles fortes, fières et solidaires, il y en a des masses sur les groupes de réseaux sociaux. Jamais je n’aurais cru être aussi inspirée par des femmes de tête, des femmes au caractère de feu, des femmes qui n’ont pas froid aux yeux du tout. Les filles en affaires que j’ai rencontrées se tiennent entre elles. Elles s’entraident et s’encouragent lors des moments difficiles. Elles s’écoutent et se comprennent à chaque fois. Elles n’ont pas de préjugés ou d’attitudes négatives envers les autres. Elles savent à quel point c’est merveilleux de se lancer dans l’aventure d’une entreprise bien à soi.

Malgré les regards négatifs de leurs proches, de leur conjoint ou de leurs enfants, elles ont fait ce choix, leur choix, et elles en sont fières. Elles foncent, les yeux pleins d’étoiles et de rêves, sachant très bien que la vie n’arrive qu’une seule fois, et qu’il n’y aura pas de seconde chance à ce fait. Elles donnent tout ce qui se trouve en elles pour faire avancer leurs idées. Elles se découvrent différentes et résilientes dans la tempête de certains jours plus gris. Elles brillent comme jamais elles n’ont brillé auparavant !

Maintenons le cap !

Ce n’est pas vrai qu’il faut écraser l’autre pour avancer. Ce n’est pas vrai que c’est plus vert chez sa voisine. Ce n’est pas vrai que les hommes réussissent mieux. Ce n’est pas vrai que les filles font juste des affaires de filles. Et puis, c’est quoi des affaires de filles au juste ?

Ce qui est très vrai, c’est que les femmes d’affaires d’aujourd’hui sont à l’écoute des besoins de leurs clients. Les femmes d’affaires d’aujourd’hui sont belles en dehors et en dedans, elles sont éclatantes, elles sont professionnelles, elles sont de plus en plus nombreuses à prendre le taureau par les cornes et à jouer au Cowboy dans un monde qui était réservé autrefois aux hommes. Les femmes d’affaires d’aujourd’hui sont des modèles pleins de promesses pour les jeunes femmes de demain.

Les filles, si nous faisons passer nos rêves en premier, si nous continuons de nous tendre la main, nous pourrons réussir tout ce qui nous semblait impossible à réaliser. Et la vague continuera de grandir…

Inscris-toi à l'infolettre

Inscris-toi et reçois ton canva d'article de blogue!

2017-05-03T12:24:17+00:00

Leave A Comment