Une marche à la fois

La créatrice derrière Créations Triskel, Marianne Fortier, m’a récemment approché pour écrire son premier article de blogue à vie. Lisez-le, vous verrez qu’elle a tout d’une #GirlBoss! 

Ben oui. J’ai une entreprise. Fait que tu dois avoir de l’argent! Ben non. Pas beaucoup … Pas encore! C’est tout petit pour l’instant. Donc, pour y arriver, je dois travailler à temps partiel dans une grande surface. J’ai même décidé de faire un cours par correspondance pour m’ouvrir des portes. Essayer de décloisonner mon petit bonheur. Donc entre le lavage, et toutes les autres tâches de la maison, les lunchs pour les cocos du primaire, mon chum, mon cours, l’épicerie, la job, l’entraînement, les amis, y’a aussi, tadam… mon entreprise.

Mais dans ma tête, ça prend toute la place. Tout le temps. Même quand je bois un thé glacé les deux pieds dans l’eau du lac Mégantic au bout d’un quai. Même quand je tombe en ski dans une trail cahoteuse. Même quand je pleure de rire avec mes filles.

J’aimerais tellement avoir le guts de me lancer. Pour de vrai.

C’est épeurant se lancer dans le vide. Surtout dans une région comme la mienne. Depuis la tragédie du train fou à quelques pas de chez moi, les gens ont peur. Il y a beaucoup d’entrepreneurs de la ville qui sont venus. Et repartis. D’autres qui restent, mais on se demande comment ils font pour finir leur mois.

J’ai décidé y’a pas longtemps d’y aller une marche à la fois. De monter l’escalier infini un petit pas à la fois. Je dois dire que ça fonctionne. Tranquillement. Des fois je déboule un peu. Mais go, go, go, on remonte. Après on se rend compte qu’en remontant certaines marches, il y a des choses qu’on n’aurait pas remarquées.

J’en suis venue à me poser plusieurs questions. Est-ce que ça vaut la peine? Est-ce que les gens vont aimer ce que je fais? Est-ce que ma famille va accepter tous les sacrifices que ça implique? Financièrement, suis-je apte? Est-ce que je vais pouvoir en vivre un jour?

Je n’ai malheureusement pas encore toutes ces belles réponses. Je me sens comme un dictionnaire à qui on aurait arraché des pages. Y’en manque des bouts!

Des fois, on a le goût de tout lâcher. De se revirer de bord et de redescendre les marches. Parce qu’en bas, il y a de la stabilité, ça sent bon le pain aux bananes, y’a des gens qui chantent,  aucune peur (ou presque, mon chauffe-eau est dû) … Et c’est quand je vois des gens, des jeunes, des Québécois, courir et sauter des marches, se rendre presqu’en haut, avec le sourire, léger comme une balloune d’hélium, c’est là que je me dis que moi aussi je suis capable!

Moi aussi je veux manquer d’air à force d’être haute! Moi aussi je veux un agenda de commandes rempli pour les deux prochaines années. Moi aussi je veux qu’on parle de moi à la radio, la télé, sur les internets.

En attendant, je distribue des cartes d’affaires, je travaille fort. Récemment, je me suis même essayé à écrire un billet sur un blogue super sympa. Qui sait vers où ça me mènera!

Quelques mots pour ceux qui sont un peu comme moi, que leur entreprise n’est pas au top, mais que ça s’en vient : zen, fort, confiant, souriant, amoureux !

Inscris-toi à l'infolettre

Inscris-toi et reçois ton canva d'article de blogue!

2017-04-25T14:23:12+00:00

Leave A Comment