Rencontre avec la pétillante Lucie-Rose

Je suis chanceuse, je suis entourée de femmes méga inspirantes qui brillent très fort. Et j’ai décidé d’en profiter pour lancer une nouvelle série d’articles sur le blogue où je te présenterai des blogueuses québécoises que j’affectionne particulièrement et qui ont du contenu intéressant à te partager. Je commence cette série en force avec mon entrevue avec la pétillante Lucie-Rose, blogueuse professionnelle, maman à temps plein et femme turbo créative.

Depuis quand blogues-tu?

Je blogue depuis 6 ans déjà, toutefois ça fait tout juste 1 an et demi que je suis à mon compte sur mon blogue personnel.

Quelle est la petite histoire derrière ton blogue, pourquoi l’as-tu lancé?

J’ai étudié en journalisme (communication dans les médias) et j’ai évolué dans ce domaine pendant plusieurs années. À 19 ans, quand je suis sortie de l’école de journalisme, j’ai été engagée par Québécor Média comme pigiste, puis le Rédacteur en chef a quitté et on m’a proposé le poste. Je suis devenue la plus jeune Rédactrice en chef de l’histoire de Québécor alors que je gérais seule un journal publié hebdomadairement à plus de 18 000 exemplaires. J’ai ensuite quitté ma région natale (la Gaspésie) pour venir habiter avec mon chum qui est militaire, dans la région de Québec où je suis devenue Attachée de presse d’un ministre. C’est drôle parce que, quand je suis tombée enceinte en 2012, j’étais toujours en voyages d’affaires, je travaillais des heures et des heures, la semaine comme la fin de semaine et j’ai eu un déclic, je me suis dit que je ne pourrais pas faire ce métier avec des enfants. C’est donc à ce moment, que j’ai décidé d’être blogueuse, que j’allais continuer d’alimenter ma passion pour l’écriture tout en me consacrant aussi à ma famille. C’est ce que je fais depuis 6 ans. Il y a 1 an et demi, quand j’ai lancé mon blogue à moi (je gérais auparavant un blogue qui ne m’appartenait pas), j’avais envie d’être ma propre patronne et surtout, que les bénéfices de mes sacrifices me reviennent uniquement à moi. J’ai lancé un blogue qui porte mon nom mais qui est aussi à mon image. Je me passionne oui pour l’écriture mais aussi pour les cosmétiques, la mode, l’alimentation et la famille. J’avais donc besoin d’un endroit à moi où je pourrais m’exprimer, partager mes coups de coeur, transmettre ma passion à travers mon quotidien.

En tant que blogueuse, je sais que les journées sont toujours très différentes, mais peux-tu me dresser le portrait d’une journée type dans ta vie?

En fait, je conjugue ma vie de maman et celle de blogueuse. Donc le matin, je me lève tôt pour préparer ma fille de 5 ans à l’école, puis je me recouche un peu jusqu’à ce que ma plus jeune se réveille (vers 8h30). On déjeune ensemble et je regarde mes courriels pour la première fois de la journée. S’il y a des urgences, j’y répond tout de suite, sinon, ça attend un peu. Je m’occupe des enfants le jour même si parfois je prend le temps de venir à l’ordinateur pour répondre à des messages. Souvent le jour aussi, on fait des séances photos pour des campagnes. Donc j’amène ma plus jeune avec moi et on shoot pendant qu’elle joue à côté! Ensuite le soir quand les filles se couchent, vers 19h, je m’assoie devant l’ordinateur et j’y reste jusqu’à minuit, 1h ou même parfois 2h du mat! Ça me fait quand même de grosses journées de travail mais de façon différente. Et j’aime tellement ce que je fais que je ne vois pas le temps passer! Je travaille autant la semaine que le weekend! Et même parfois plus le weekend parce que mon chum est en congé et donc j’en profite pour faire des séances photos seule avec ma photographe. En ce moment, on en fait au moins 2 à 5 par semaine pour des campagnes!

Comment as-tu commencé à générer des revenus avec ton blogue?

Au début, j’achetais moi-même les produits que je présentais sur le blogue, puis les marques ont commencé à remarquer mon contenu et m’envoyer des produits. Maintenant je reçois environ 8 à 10 colis par semaine. Donc quand je me suis mise à être débordée de produits et que les marques me demandaient du contenu, j’ai du établir mes tarifs pour des articles commandités. Parce qu’après tout, même si j’adore les cadeaux que je reçois (et je peux te dire qu’il y en a des énormes comme des matelas, des BBQ, des voitures prêtées, etc), ça ne paie pas mon loyer au bout du compte. C’est comme ça que j’ai commencé à faire des sous, vendre des articles, des publications sur les réseaux sociaux. Puis, les agences de marketing avec qui je travaillais déjà depuis plus de 5 ans ont commencé à me proposer des campagnes pour leurs clients. Maintenant, je te dirais que la majorité de mes revenus provient de contrats et campagnes réseaux sociaux à long et court terme. Ce qui est très cool c’est que, comme je connais bien les marques et qu’elles me connaissent bien aussi, on m’a approchée en me proposant des campagnes qui collent à mon style! Par exemple, je suis une grande fan de McDonald’s et particulièrement de leur café glacé. J’ai fais des stories, des publications gratuites avant que l’on me propose de travailler avec la marque. Maintenant, j’ai signé un contrat d’un an avec McDonald’s pour faire partie de leurs influenceurs partenaires alors j’en suis très fière parce que c’est une marque que j’aime depuis toujours. Même chose pour Sally Hansen avec qui je travaille sur le long terme, Walmart, etc.

Je pense aussi que c’est vraiment à l’avantage d’une marque de travailler avec un influenceur qui va produire un contenu de qualité à faible coût. Imagine combien ça couterait à une marque de produire une campagne qui rejoint 12.5k personnes, d’engager une photographe, une graphiste, une comédienne, de louer un espace pour la séance photo, une styliste pour créer les looks, une maquilleuse, une coiffeuse, etc! Moi j’ai su m’entourer d’une photographe top, qui comprend ce que je souhaite et à deux, on fait tout ce travail là, à des coûts minimes! Je pense que, au delà du nombre d’abonnés, c’est vraiment important de produire du contenu de qualité, créatif et qui se démarque, tout en restant fidèle à son style! Je crois réellement que c’est la clé de mon succès!

Où souhaites-tu amener ton blogue dans la prochaine année?

Dans la prochaine année, j’espère continuer au même rythme! Chaque jour je dois me pincer parce que je me dis que je vis le rêve! Vivre du métier que l’on aime, après y avoir consacré tant d’efforts, tant d’heures bénévoles, c’est juste inouïe! Je suis fière des belles réussites des dernières semaines et chaque fois que je signe pour une campagne, cette fierté grandie! Au delà des sous, je suis fière de mes réalisations quotidiennes. Dans les derniers temps, j’ai travaillé avec H&M Kids (je fais partie des 3 influenceures québécoises à avoir été sélectionnées pour travailler avec eux), j’en suis à 4 campagnes et articles commandités avec Walmart, j’ai été choisie par Crispy Minis, Bioré, Vicks, Vichy, Metro, Bayer, Yuzu Sushi, pour travailler sur des campagnes commanditées. Je suis aussi blogueuse officielle de l’un des trois plus gros centre commercial de Québec (Fleur de Lys) et récemment, j’ai signé un partenariat de plusieurs semaines avec des restaurants de Québec. C’est un travail ÉNORME par contre et j’essaie de le montrer parce que les gens voient souvent que le côté glamour de notre métier, les cadeaux, les restos gratuits, les événements, etc. Mais derrière tout ça, il y a une fille qui travaille entre 50 et 60h par semaine, qui entretient ses réseaux sociaux jour et nuit pour ne pas perdre la relation établie avec ses abonnés au fil des ans, qui travaille 7 jours sur 7 et qui, quand elle va dans un resto, un événement, ne prend pas ça relax. Non, je dois travailler quand je couvre quelque chose et les gens ne le voient pas. Dans la prochaine année, j’aimerais continuer de développer le côté famille de mon blogue, vivre davantage d’expérience comme des voyages en famille, etc. J’aimerais aussi faire connaître un peu plus mon métier et mon blogue en général. Je sais que les marques me connaissent mais je réalise que le public ne me connaît pas encore bien. J’aimerais aussi parler davantage de marketing d’influence, me positionner comme une personne qui en vis, parce qu’on est peu au Québec à pouvoir s’en vanter et je pense que ce serait bien que je puisse parler de mon expérience autant à ceux qui songe à le faire comme métier, qu’aux consommateurs qui ont parfois une opinion biaisée de ce que l’on fait.

Tu peux suivre Lucie-Rose sur son blogue, sur Facebook et sur Instagram!

2018-05-08T11:17:44+00:00

Leave A Comment