La complicité en business

Depuis que j’ai créé la communauté en ligne Les Femmes de tête, j’ai fait une foule de rencontres assez incroyables. J’en parle souvent sur mes différentes plateformes parce que je suis extrêmement reconnaissante de tout ce que ça m’apporte au quotidien. Grâce à ce simple groupe Facebook (qui compte plus de 16 000 membres, mine de rien!), je me suis faite de véritables amies. Des amies avec qui on jase business (bien entendu!), mais aussi avec qui j’ai des «conversations de machine à café» comme les gens qui travaillent dans un bureau. Ça, je trouve ça assez fou de voir que je peux travailler de la maison en ayant des «collègues» un peu partout à travers le monde. C’est pour moi la preuve que la complicité en business, ce n’est pas du tout un mythe: si tu t’entoures des bonnes personnes, tu peux clairement créer des projets qui ne connaissent aucune limite. Si tu en doutes encore, laisse-moi te raconter une petite histoire…

À l’été 2016, dans le groupe Les Femmes de tête, une certaine Gabrielle Darveau, animatrice à la radio, a fait un appel à toutes pour trouver des collaboratrices pour son émission. Sans trop savoir ce que ça impliquait, je me suis proposée et pendant quelques semaines, j’ai fait des capsules radio sur différents sujets en lien avec le blogging et les réseaux sociaux. C’était ma première expérience du genre, mais Gabrielle m’a rapidement fait sentir à l’aise grâce à sa simplicité et son énergie. Après ces quelques semaines, j’ai continué d’interagir occasionnellement avec Gabrielle sur le groupe Facebook, mais je n’étais plus vraiment en contact avec elle de façon privé…

Jusqu’à ce que je lance, en avril 2017, mon coaching de groupe pour créer un blogue de A à Z. Gabrielle a été l’une des premières à s’inscrire à ce programme parce qu’elle avait un profond désir de se lancer dans la blogosphère. Tout le mois d’avril, j’ai été en contact avec elle pour lui donner mes meilleurs conseils, pour lui donner mon avis sur ses idées, pour l’aider à bâtir son blogue à partir de rien. Comme Gabrielle était une excellente élève (je vous jure, elle m’impressionnait!), elle a terminé le mois d’avril avec un tout nouveau blogue entre les mains. Au cours des mois qui ont suivis, nous avons gardé contact et Gabrielle a même réservé plusieurs séances de coaching privé avec moi, question de propulser davantage son blogue sur le web. C’est à ce moment-là que nous avons tissé des liens plutôt serrés, que nous avons constaté que nous avions une foule de points en commun et que nous avons pu développer notre belle complicité.

Au fil de nos discussions, nous avons brainstormé sur plusieurs projets et un beau jour d’octobre, comme ça, je lui ai lancé l’idée de devenir adjointe virtuelle puisque ça semblait rassembler tout ce qu’elle avait envie de faire en tant qu’entrepreneure. Je lui ai même offert de devenir sa première cliente.

Si le nom de Gabrielle Darveau t’est familier, tu sais probablement que je travaille étroitement avec elle sur différents projets et que j’ai décidé d’upgrader son titre au sein de mon entreprise puisqu’elle est pour moi beaucoup plus qu’une adjointe: elle est maintenant coordonnatrice de projets pour La Mallette… mais aussi une grande complice, autant sur le plan professionnel que personnel. Nous travaillons d’ailleurs ensemble pour développer des projets signés La Mallette, mais aussi des projets conjoints qui rassemblent nos deux entreprises.

Le but de cet article n’est pas de faire un hommage à notre complicité (quoi que…!), mais plutôt de te montrer qu’en business, c’est important de t’entourer de complices, de profiter de chaque opportunités et de chaque rencontres… parce qu’on ne sait jamais où elles peuvent nous amener!

Si d’autres histoires du genre t’intéressent, fais-moi signe, j’en ai plusieurs en réserve dans ma poche arrière!

2018-04-24T07:05:47+00:00

Leave A Comment